Humour        

Cette page n'a qu'un seul but, vous faire rire.

Bien sur, les "pisses froid"  s'abstiendront de la consulter.

******************

 

 Chaque jour,une histoire drôle pour bien commencer votre journée dans la joie et la bonne humeur

***************************

Jeudi 21 février

Froissé ?

Avec une voix très séduisante, une jeune femme demande à son mari :
« As-tu déjà vu 20 € tout froissés » ?

« Non », répond son mari.

Elle lui fait un petit sourire sexy, déboutonne les trois premiers boutons de son chemisier et, lentement, montrant son décolleté, ôte un ravissant petit soutien-gorge push-up et le jette sur le lit.

Le mari prend le soutif à 20 € et sourit d’un air approbateur.

Puis elle lui demande :
« As-tu déjà vu 50 € tout froissés » ?

« Non » dit-il.

Elle lui fait à nouveau un petit sourire sexy, relève sa jupe, quitte sa ravissante culotte en dentelle de soie et la jette sur le lit.

Le mari prend la petite culotte à 50 € et commence à respirer un peu plus vite.

Puis elle dit :
« Maintenant, as-tu déjà vu 30 000 € tout froissés » ?

« Jamais », dit-il avec enthousiasme et de plus en plus excité.

Sa femme lui dit alors :
« Va jeter un œil dans le garage ».

*********************

Mercredi 20 février

Stoïcisme

– Chérie, je voudrais te demander quelque chose qui me turlupine depuis des années. Quand nous nous disputons, hélas, et que je te fais enrager, tu ne t’énerves jamais ; tu t’en vas simplement aux toilettes…. et je t’entends chanter! Mais comment fais-tu pour gérer ainsi tes émotions et rester stoïque ?
– C’est simple, je lave la cuvette des toilettes.
– Je ne suis pas sûr de bien comprendre… Comment cela peut-il t’aider ?
Sa femme répond :
– C’est parce que j’utilise ta brosse à dents …

***************

Mardi 19 février

C'est un type qui arrive dans une ferme de Bigorre et qui demande l'hospitalité. Le fermier lui demande ce qu'il fait dans la vie :- Putain, moi je suis poète, poète provençal, un troubadour quoi !Le fermier accepte de l'héberger dans la grange, puis il voit sa fille et lui dit :- Oh y a un type bizarre dans la grange, y dit qu'il est poète !- Je vais voir ca dit la fille !Elle se pointe dans la grange.- Alors comme ca, vous êtes poète ?- Beh ouais, je fais des vers, des rimes, c'est quoi ton nom ?- Moi c'est Gervaise !- He ben Gervaise, viens par ici que je te baise !!!Il la prends, la couche sur le foin et lui fait son affaire, bim -bam- boum! Ravie, la fille revient voir son père :- Il est super ce gars, y fait des supers poèmes !!!La mère dit :- Bon beh moi aussi je vais voir ca !- Alors comme ca vous faites de la poésie ? demande-t-elle- Putain, vouais, je suis un barde, un troubadour, c'est quoi ton nom ?- Moi c'est Pauline !- Ah Pauline, viens par la que je te pine !!!Il se rue sur elle et rebelote, bim - bam - boum! dans le foin. La mère retourne a la ferme.- Extra, y m'as fait un grand poème, Boudiou c'était beau !!!Le mari dit alors :- Vingt diou, y faut que j'aille voir ca moi aussi !!La mère et la fille se jette alors sur lui en criant :- HERCULE ! NON ! N'Y VAS PAS !!!

*****************

Lundi 18 février

Oups, la bourde.

Après de longues études de droit, une blonde ouvre son propre cabinet d’avocate.

Dès son premier jour de travail, elle entend frapper à la porte.

Avant d’inviter son probable premier client à entrer et pour impressionner celui-ci, elle saisit son téléphone et demande au jeune homme en face d’elle de prendre place et de patienter un instant.

Elle reste ainsi une demi-heure, faisant semblant d’être en communication :
« Oui, bien sûr, Madame. Je ne vous laisserais pas tomber ! Cette affaire me semble d’ailleurs simple. En effet, je suis persuadée qu’au cours de la prochaine audience, le tribunal prononcera une sentence en notre faveur et nous gagnerons ».

Après avoir raccroché, elle se tourne vers le nouveau venu et lui demande d’une voix posée :
« Et bien, jeune homme, que puis-je faire pour vous » ?

L’homme lui répond :
« Je travaille chez France Télécom et je viens installer votre ligne téléphonique… ».

**************

Dimanche 17 février

Une blonde se dirige vers sa boite aux lettres, regarde dedans, referme la petite porte et rentre chez elle.

Quelques minutes plus tard, elle ressort, va vers la boîte aux lettres, regarde dedans, referme la petite porte et rentre chez elle.

Elle répète ce manège plusieurs fois avant qu’un voisin qui assistait à la scène ne lui demande :
– Vous devez attendre une lettre ou un paquet très important aujourd’hui !
La blonde répond :
– Non, c’est juste que ce foutu ordinateur n’arrête pas de me dire que j’ai du courrier 

******************

Samedi 16 février

Les toilettes des dames

Dans un restaurant très chic, un homme a un besoin urgent d’aller aux toilettes…. Hélas, toutes les cabines sont occupées.

Le maître d’hôtel, compatissant, voyant le gars à la limite de se faire pipi dans son pantalon, lui offre d’utiliser les toilettes des dames.
– Attention, lui dit-il, il ne faut pas toucher aux boutons, à gauche sur le mur, portant les lettres « E.C », « A.C », « H.P » ou « E.T.A »
– Promis. Promis. Merci.

Et l’homme disparaît derrière la porte. Une fois qu’il a satisfait la partie la plus urgente de ses besoins, plus détendu, il commence à lire les lettres sur les boutons. Et, bien évidemment, la tentation étant trop forte, sa curiosité l’emporte. Il appuie sur le bouton marque « E.C ». Immédiatement, un jet d’EAU CHAUDE lui caresse doucement les fesses.
Mon Dieu, pense-t-il, les femmes sont gâtées…

Sur sa lancée, il presse en suite le bouton suivant marque « A.C » et un souffle d’ AIR CHAUD lui assèche le derrière.
– Waouh ! Hé ! Hé ! Magnifique !!!

Enhardi par ce succès, il presse ensuite le bouton « H.P » et très lentement une large HOUPETTE de POUDRE parfumée lui tapote délicatement le derrière.
Merveilleux ! Il décide donc d’essayer le dernier bouton marque  » E.T.A  » Et la, il ressent un énorme douleur qui le fait hurler comme peu de bêtes le font et il s’évanouit…

Il se réveille sur un lit d’hôpital. Confus et ébranlé, il sonne l’infirmière :
– Qu’est-ce qui m’est arrivé ?
– Bien, vous étiez dans les toilettes du Chic Grand Restaurant et vous avez appuyé sur des boutons interdits…
– Mais voyons. Chaque bouton me procurait des sensations merveilleuses…
– Oui, oui, c’est vrai, mais le dernier, identifié par les lettres « E.T.A » signifie « Enlève Tampon Automatique »… Ah ! Au fait, vos bijoux de famille sont sous votre oreiller…

*********************

Vendredi 15 février

Deux blondes rebelles et fauchées décident de braquer une banque. Pamela, la plus expérimentée, explique son plan en détail à Betty, la novice. Le jour même, les deux blondes se retrouvent dans leur voiture, devant la banque, avec le moteur qui tourne. Pamela dit a sa comparse :- Betty, je veux être sure que tu as bien compris le plan, parce que je ne serai pas dans la banque avec toi pour te dire ce que tu dois faire : tu ne dois pas rester plus de trois minutes dans la banque. C'est d'accord ?- J'ai parfaitement compris, répond Betty.Betty entre alors dans la banque, pendant que Pamela attend au volant de la voiture. Une minute passe... deux minutes... Dix minutes, et toujours pas de Betty en vue. Finalement, au bout de quinze minutes, Betty arrive, traînant laborieusement derrière elle un coffre-fort entouré de plusieurs tours de corde. Apres quelques secondes au bout desquelles les deux filles parviennent, tant bien que mal, à placer le coffre-fort a l'arrière de la voiture, le vigile de la banque fait irruption hors de l'établissement. Il a bien du mal cependant, car il a le pantalon et le caleçon baissés sur les chevilles. Au moment où il est enfin prêt à faire feu sur les deux blondes, leur voiture est déjà loin ! Au volant, Pamela s'énerve : - T'es vraiment une blonde, toi ! Je pensais que tu avais compris le plan ! - Mais... Bien sur que oui, j'ai compris ton plan. J'ai fait exactement ce que tu m'as dit ! - Pas du tout, espèce d'idiote ! J'avais dit l'inverse : Pompe le fric et ligote le garde...!!!!

*********************

Jeudi 14 février

Trois programmeurs attendent pour aller aux toilettes.

Le premier a terminé son affaire et se dirige vers les lavabos pour se laver les mains. Il se sèche très précautionneusement, pour cela il utilise serviettes après serviettes et s’assure que chaque parcelle de sa peau soit totalement sèche.
Se retournant vers les 2 autres, il annonce : « Chez Microsoft, nous sommes entraînés à être extrêmement minutieux ! »

Le second programmeur se dirige à son tour vers les lavabos. Pour se sécher il prend une seule serviette, et fait en sorte que chaque parcelle de la serviette soit rentabilisée. Il se retourne et réplique : « Chez Intel, nous ne sommes pas uniquement entraînés à être minutieux, mais également à être extrêmement efficaces 

Le troisième termine et se rend directement vers la sortie en lançant à la cantonade : « Chez Sun, on ne se pisse pas
sur les mains ! »

****************

Mercredi 13 février

Les cours du soir

Deux ouvriers prennent leur pause de midi, le premier dit :
– Tu connais Victor Hugo ?
– Non
– T’as tort, tu devrais suivre les cours du soir !

Le lendemain, toujours le même :
– Tu connais Albert Einstein ?
– Non
– T’as tort, tu devrais suivre les cours du soir !

Le surlendemain, ça recommence :
– Tu connais Karl Marx ?
– Non
– T’as tort, tu devrais suivre les cours du soir !

Alors l’autre tout énervé lui demande :
– Et toi, tu connais Jean Dupont ?
– Non ???
– T’as tort, c’est celui qui baise ta femme pendant que tu suis les cours du soir !

****************

Mardi 12 février

Trois hommes se présentent à la suite l’un de l’autre à la porte du paradis.

Le premier est tout nu.

Saint Pierre le questionne :
– Que vous est-il arrivé mon brave, pour quelle raison êtes-vous nu ?
– J’étais au lit avec ma maîtresse quand son mari est arrivé chez eux à l’improviste, alors je me suis vite caché dans l’armoire, répond le gars. Ensuite, ça s’est mis à remuer dans tous les sens…

Le deuxième, est un grand gaillard avec une tête de brute, genre camionneur.

Saint Pierre le questionne :
– Que vous est-il arrivé mon brave, pour quelle raison êtes-vous là ? Vous me paraissez en bonne santé…
– Je suis rentré en pleine après-midi chez moi, répond le gars. Ma femme était au lit. C’était étrange, aussi j’ai compris qu’elle devait être avec son amant et qu’il s’était caché dans l’armoire. Fou de colère, j’ai ouvert la fenêtre en grand, j’ai saisi l’armoire et je l’ai jetée par la fenêtre du cinquième étage. Mais l’effort a été trop violent et j’ai eu une crise cardiaque.

Le troisième homme tient un trousseau de clés dans la main.

Saint Pierre lui demande :

– Et vous ?
– Je n’ai rien compris, répond-il. J’étais sur le trottoir, et j’allais ouvrir la portière de ma voiture…

****************

Lundi 11 février

Au zoo, des animaux discutent des prochaines vacances :

- Dis-moi la girafe, où vas-tu en vacances ?

- Eh bien, j'ai un grand cou, ma femme a un grand cou et mes enfants aussi ont des grands cous.

Et comme on n'aime pas se faire remarquer, on va en Afrique, là où il y a d'autres girafes.

- Et toi, l'ours polaire, où vas-tu ?

- Eh bien, j'ai une grosse fourrure, ma femme a une grosse fourrure et mes enfants aussi ont de grosses fourrures.

Et comme on n'aime pas se faire remarquer, on va au pôle Nord, là où il y a d'autres ours polaires.

- Et toi, le crocodile, ou vas-tu ?

- Eh bien moi, j'ai une grande gueule, ma femme a une grande gueule, mes enfants aussi ont une grande gueule alors, comme on n'aime pas se faire remarquer, on va à Marseille...

****************************

Dimanche 10 février

Un enfant voit un beau monsieur sortir discrètement d'une maison occupée par des filles de joie. Il lui dit : ah, lalalère, je sais où tu étais et ce que tu y as fait! Le monsieur lui donne 2 euros et lui dit de se taire. Le gamin le suit jusqu'à l'entrée de chez lui et lui dit : tralalalère, maintenant je sais où tu habites! Le monsieur lui donne encore 2 euros et lui dit : c'est vilain ce que tu fais. C'est du chantage. Tu devrais aller te confesser. Avec l'argent, le gamin achète des bonbons, s'amuse et finalement décide d'aller se confesser. Dans le confessionnal, il tire un peu le rideau et dit : tralalalalalère, maintenant je sais où tu travailles !Un enfant voit un beau monsieur sortir discrètement d'une maison occupée par des filles de joie. Il lui dit : ah, lalalère, je sais où tu étais et ce que tu y as fait! Le monsieur lui donne 2 euros et lui dit de se taire. Le gamin le suit jusqu'à l'entrée de chez lui et lui dit : tralalalère, maintenant je sais où tu habites! Le monsieur lui donne encore 2 euros et lui dit : c'est vilain ce que tu fais. C'est du chantage. Tu devrais aller te confesser. Avec l'argent, le gamin achète des bonbons, s'amuse et finalement décide d'aller se confesser. Dans le confessionnal, il tire un peu le rideau et dit : tralalalalalère, maintenant je sais où tu travailles !

*********************

Samedi 9 février

En remplacement

En pleine cambrousse française, un gars en voiture passe devant une ferme au moment où le coq a décidé de traverser. Et ……Paf le coq, forcément.

Le conducteur, tout désolé, récupère le coq écrabouillé sur la route et va trouver le fermier pour « faire un geste ».

En trouvant le fermier dans la cour de ferme, il lui dit un peu nerveusement :
– J’ai tué votre coq… Permettez-moi de le remplacer !

Et le paysan lui répond :
– Allez-y… les poules sont là-bas derrière.

********************

Vendredi 8 février

Façon de parler

J’ai donné un coup de fil à un copain, et lui ai demandé ce qu’il faisait.
Il m’a répondu qu’il travaillait sur « le traitement aqua-thermique
des céramiques, du verre, de l’aluminium et de l’acier dans un
environnement contraint. »

J’étais impressionné…

Pour comprendre, je lui demandais des précisions et il m’a déclaré qu’en fait,
il lavait la vaisselle à l’eau chaude…sous la surveillance de sa femme.

Quelle langue magnifique !

****************

Jeudi 7 février

Un bon vieux Ch’ti-mi se promène dans sa campagne natale et remarque un jeune s’abreuvant à l’eau d’un ruisseau.

Il lui dit en patois:

–  Bô pa ch’t’iô là, min garchon, ché vaques, y z’on kié d’din ! ! !
(Ne bois pas cette eau, mon garçon, les vaches ont chié dedans ! ! !)

Le jeune lui répond :

–  Monsieur, parlez-moi en français s’il vous plaît, je suis un parisien en vacances et je ne comprends pas votre dialecte.

Alors le brave Nordiste lui réplique :
–  Bois doucement……… elle est froide !

*******************

Mercredi 6 février

Le culturiste

Un culturiste emmène une fille dans sa chambre et commence à se déshabiller.

A chaque fois qu’il enlève un vêtement, il montre un de ses muscles en disant :
– Tu vois, çà, c’est de la dynamite !
Touche un peu ces pectoraux, de la dynamite;
Et mes biceps, de la dynamite;
Tâte un peu ces dorsaux, de la dynamite;
Appuie sur les cuisses, ça c’est de la dynamite;
…..

Quand il termine de se déshabiller la jeune fille lui demande :

– Dis donc, c’est pas dangereux toute cette dynamite avec une aussi petite mèche ?

*********************

Lundi 4 février

Interpellation

Un agent de la circulation interpelle un automobiliste qui vient de brûler un feu rouge d’une façon particulièrement déterminée. Le policier ne cherche même pas à entamer le dialogue et déclare:
– Garez votre véhicule sur le côté et suivez-moi au poste tout de suite pour régler cela !

L’homme a beau essayer de s’expliquer, rien n’y fait. Le policier véritablement zélé l’emmène au poste et le jette au fond d’une cellule en précisant:
– Vous allez attendre le chef ici. Ça vous aidera à réfléchir sur le danger que représente votre conduite pour les autres usagers de la route et les piétons !
Et il referme brutalement la porte de la cellule.

Il revient quelques heures plus tard apporter un verre d’eau à l’incarcéré.
– Et encore, précise le policier, malgré votre stupide comportement, vous avez de la chance aujourd’hui. Le chef est au mariage de sa fille. Il sera certainement de bonne humeur quand il rentrera.
Et l’homme répond:
– Pas si sûr, voyez-vous c’est moi le marié !

**************************

Dimanche 3 février

La photo

Après une belle nuit d’amour, une jeune homme se tourne sur le côté et aperçoit la photo d’un autre homme sur la table de nuit. Bien sûr il est un peu inquiet.
– C’est ton mari ? demande-t-il à sa jolie compagne.
– Mais non, idiot ! Lui répond-t-elle en se blottissant contre lui.

Son regard reste inexorablement attiré par cette photo alors il insiste :
– Ton petit ami alors ?
– Mais non ! pas du tout, dit-elle en lui mordillant l’oreille.
– Bon… Mais, alors c’est qui ?

Devant tant d’insistance elle finit par lui murmurer à l’oreille :
– C’était moi avant l’opération !

*****************

Samedi 2 février

C’est bon !

Un petit gamin se lève pendant la nuit pour aller aux toilettes. En passant devant la chambre de sa grande sœur, il entend du bruit. Il colle son oreille à la porte et entend sa sœur qui dit :
– Oh ! C’est bon. C’est bon…!

Le lendemain matin, pendant le petit déjeuner avec toute la famille, il demande au copain de sa sœur :
– Dis Pierre, c’est quoi que tu donnais à manger à Laetitia pendant la nuit? Elle disait que c’était bon.
Pierre est très embarrassé et fini par lui répondre :
– Ah oui, c’était du chocolat !
– Ah… Ah … Menteur va ! Ce n’est pas vrai, c’était du saucisson ! J’ai retrouvé la peau sous le lit !!

**********************

Vendredi 1er février

la physiothérapeute

Une femme commence une partie de golf. Elle frappe sa balle et voit celle-ci heurter un homme qui joue son parcours pas loin d’elle. Elle le voit mettre immédiatement ses mains serrées entre ses deux jambes et tomber au sol.  Elle se presse d’aller le voir. Il est tordu de douleur au sol dans la position fœtale.

Elle lui demande pardon et lui explique :
– Je suis physiothérapeute et je sais diminuer votre douleur si vous voulez bien vous laisser faire.
– Oaouooh….Nnooon…Non…Ce n’est pas nécessaire, tout va aller pour le mieux tout à l’heure (dit-il avec le
souffle court).

Mais elle insiste pour lui faire un traitement et finalement il se laisse faire.
Gentiment, elle lui enlève les mains d’entre les jambes, ouvre son pantalon et place ses mains à l’intérieur en le massant … délicatement… Après quelques minutes, elle lui demande :
– Comment vous sentez-vous ?
– Ça fait du bien, merci, mais j’ai toujours mal au pouce!

*****************

Version imprimableVersion imprimable | Plan du site
© Jean Marie Petyt